Qui vit à Montréal sait qu’en ce moment c’est les Francofolies. Les festivals ont d’hors et déjà commencé et cela va durer tout l’été. J’adore ça! La ville de Montréal et les Montréalais sont très étonnant, festif, joyeux et sages. Oui, oui! Vous avez bien lu, les Montréalais sont sages. Pas de débordement quelconques, de gens ivres morts sur les trottoires ou d’extravertions spontanées de danses en tout genre. Autant agréable qu’étrange pour moi le Nîmois au passé louche des soirées de féria dansantes et même alcoolisées.

Je ne me vanterai pas de l’aspect alcool dans ce billet de blog. Même si je ne regrette rien de ce passé douteux, le titre en dit long. Je viens vous raconter le concert, que dis-je les concerts de Karim Dabo.

Tout d’abord je vous remets dans le contexte de cette rencontre improbable et riche. 

A la job où je suis, il y a quelques années à peine, je rencontre Coline qui par la suite deviendra une amie très proche. Dans nos moments d’échanges, à cette époque, elle me fait plus ou moins savoir qu’elle chante. Humble et timide, elle en parlait si peu que je n’en soulevais pas le voile. Sauf qu’un beau jour elle posta « Sama Yone », fraichement enregistré, sur Facebook.

Juste incroyable! En écoutant sa musique je me suis senti connecté. Je me suis senti avec le monde. Un road trip. De la nourriture pour l’âme…

Bref je découvre une musicalité touchante et un dialecte, le wolof, à la sonorité particulièrement entrainante.

Devenu grand fan de mes amis je suis donc allé les soutenir à leurs deux concerts aux Francos. Piiiou!!!! J’ai beau connaitre les tunes la chair de poule de m’a pas décroché des bras ci-ce n’est pas pour traverser mon corps. Je n’écris pas ça pour rendre l’histoire intéressante, j’étais moi même très impressionné. Le concerts étaient magnifique. Au premier il y avait beaucoup de familles avec leurs enfants. Les enfants étaient évidemment très stimulés par l’ambiance et la musique. Je peux que les comprendre, comme à chaque fois que j’entends Karim dans mon Ipod je ne peux m’empêcher de fredonner et « dansouiller » sur ses musiques. Par contre le deuxième concert était tout simplement impressionnant. Moi qui suis habitué à la sagesse des Québécois très attentif des artistes sur scènes (étonnant mais touchant) là je découvre une foule en délire.

Je vous accorde, je n’ai pas compris ce qu’il s’est passé à par la joie, la bonne humeur et la danse présente partout. Karim est le premier artiste que je vois faire bouger tout un public francofolien.

Au début le public était fidèle à lui même, écoutant et découvrant Karim avec le sourire aux lèvres. Un monsieur agé à l’avant dansait très enthousiasmé par la musique (un fan de Karim visiblement). Quelques-uns de mes amis et moi-même dansions à coeur joie aussi. Pis au fur à mesure de plus en plus de gens autour de nous se sont mis à danser. Au moment au nous avons pris conscience de l’effervescence montante dans le public, le monsieur est venu nous chercher afin de danser au devant de la scène. C’est à ce moment là que la foule est partie dans une sorte, de ce que j’appellerai transe. karim avait fait monter le taux vibratoires des gens si haut que les énergies des uns et des autres à fait littéralement exploser la joie.

Quel magicien ce Karim!

Je me sens vraiment très heureux de cette soirée magique et de compter Coline et Karim dans ma vie.

Merci beaucoup à vous deux.

Je vous laisse retrouver Karim dans une entrevue Wicrian Web Tv

Ainsi que sur son site www.karim-dabo.com

Et surtout achetez son album par ici > http://karimdabo.bandcamp.com/album/sama-yone