Christian Wirth

Esprit de création et de Partage

Rapport à soi – Enfant intérieur – Dialogue intérieur

Prendre contact avec soi… !! ??

Ce qui peut paraître compliqué avec cette idée c’est que, c’est pas comme ci on pouvait « plug-ger » une prise sur soi et parler dans un combiné. En plus le branchement se ferait où?

Pourquoi passons nous notre temps à faire des choses qui vont à l’encontre de notre épanouissement?

Je crois que la raison se trouve dans la manière dont nous utilisons les outils naturels et innés. Par exemple: nous sommes capable de voir ou ressentir physiquement quand nous sommes malade mais nous ne nous occupons que du physique. Nous sommes capable de ressentir des énergies telles que l’électricité, la chaleur, le vent… Mais pas capable de comprendre les autres énergies subtiles..

C’est comme la petite voie, l’égo, l’intellect, le cerveau, la raison, la peur – ou appeler le comme vous voulez – nous savons nous en servir. Tout au moins pensons savoir mais nous oublions notre coeur, notre grand moi, notre divin, la source, l’univers, l’amour…

En fait, et cela n’engage que mon avis lié à mon expérience personnelle, s’il y a une voie dans notre tête, il y a aussi une voie dans notre coeur. L’un nous relie à la terre, la matière et la densité, l’autre au ciel, au ressenti et aux énergies. Je ne suis pas sur que l’un prévaut à l’autre, excepte quelques détails dont je ne maîtrise pas les subtilités. Je pense qu’un dialogue doit s’instaurer tel le cerveau droit et cerveau gauche (référence à Marie-Françoise Neveu « les enfants actuels »), le coeur et la tête, le grand moi le petit moi, etc…

Tout ça pour dire que depuis septembre dernier (2012) je n’ai de cesse de répéter un apprentissage que j’ai eu lors de mes séances de sophrologie avec Héléne Gonin à Nîmes. J’ai fini par comprendre que mon enfant intérieur, d’autres diront le corps de souffrance, exprimait des blessures, des douleurs, des peines… (Il doit aussi exprimer des choses positives mais là tout de suite où  j’écris, j’ai pas d’exemple, je vais laisser monter ça! lol).

Evian baby

Mais la plupart du temps l’émotion naissante, ou plutôt se réveillant je ne « focusais »  que sur une seule idée: « Non je ne veux pas ressentir ça!! aaaaaah nooooon dépression, dépression,dépression, douleur, douleur, douleur, veux pas souffrir mais ze’ souffre!!!! eeuuurk!   Bon ok j’exagère un peu, quoique!

ET OUI! JE PASSAIS MON TEMPS À REPOUSSER MES ÉMOTIONS AU PLUS PROFOND DE MOI SOUS PRÉTEXTE QUE JE VOULAIS ME SENTIR BIEN, HEUREUX, JOYEUX. NE CHOISIR QUE LES BONNES ÉMOTIONS PAS LES MAUVAISES? (Ben voyons don’ je me dis maintenant!)

AH AH! Et puis j’avais aussi beaucoup de mal avec la notion que cette douleur ne puisse pas être la mienne. Genre! Comme ci je disais haut et fort: « Hey! tu l’as vu m’as douleur?! Ben je l’aime elle est à moééééé!!!!.  (Sont pas fou les gens qui disent ça!?) Ben du coup j’ai cherché… Je me suis dit, si elles m’appartient pas, elles appartient à qui?

1 Mon Bourreau

2 Mes Parents

3 Mon Enfant intérieur

4 Mes Amants

5 La Société

6 Le passé

7 A autre chose

8 Arrête de chercher ça surchauffe la haut!

Ben j’ai pas de réponses précises mais je me suis rendu compte que quand j’ai mal (voir peur ou autre) ben en suivant le fil que je lui avait attaché (ouai un peu comme les casseroles aux voitures de mariés, tout le monde les entends, certains les voient mais toi tu fais semblant que c’est fun!), le fil allait à une source des fois tellement lointaine que ça n’avait pas rapport avec la situation que je vivais.

Bon sang! J’ai des émotions dans le présent en « ré-action » avec le passé… et de ce fait pas adapté! C’est donc pour cela que ça ne m’appartient pas!? Ben ça ferait du sens même si cela doit-être bien plus subtile. En tout cas ce que j’en comprends c’est que quand je suis en réaction avec une blessure ou  que quelque chose vient me chercher, j’active le bouton « sécurité un intrus émotionnel s’approche » et je me détache de lui en prenant conscience que cela ne m’appartient pas. Pas seulement parce qu’il serait lié au passé ou quoi mais tout simplement parce qu’il n’est pas moi et moi pas lui. Mon être au plus profond de moi n’est pas souffrance ou blessure mais le « je suis », « le moi » je dirais même Christian même si cela va encore au delà finalement.

Bref… une fois que j’enclenche le processus de détachement (c’est parfois long car pour pas perdre ma souffrance ou mes blessures j’ai pris grand soin pendant des années de les attacher  à plusieurs poteaux au passage.) donc je disais pour me détacher je discute avec mon enfant pour savoir ce qu’il ne va pas, qu’est-ce qu’il ressent, qu’est ce qu’il veut exprimer et qui n’est pas entendu. Et là, le parent qui est en moi écoute, juste il écoute, il ouvre grand ses bras et met plein d’amour dedans. Ce parent là, moi! invite le petit enfant qui pleure, qui crie à venir quand il veut dans ces bras et prendre toute l’énergie d’amour dont il à besoin car il est là en abondance. Que se soit symbolique ou physique je prends fort avec plein d’amour et de bienveillance cet enfant, ce moi, moi dans mes bras.

Je découvre depuis plusieurs jours qu’a force d’engager ce processus le résultat est plus puissant à chaque jours, plus rapide, j’en ai même des frissons de plaisirs.

Mais j’ai compris encore quelque chose de nouveau. pas la compréhension intellectuelle genre « ah ouai! je vois ce que tu veux dire ». La compréhension dans le corps genre « grave! je ressens exactement la même chose! ». C’est que si je décide d’accueillir mes émotions dites positives alors je dois permettre de faire circuler les négatives. Plus vivres les choses en « focusant » sur leurs degrés de plaisirs ou de déplaisirs mais en ayant le recul de l’expérience afin de tirer son apprentissage. Ce qui fait que les énergies dites négatives pouvant enfin circuler (ça fait mal je sais mais elles s’en vont quand on les accepte je t’assure!)  permettent d’apprendre une nouvelle leçon ou d’acquérir un outil style j’ai gagné dix points d’expériences avec mon pokémon (je suis peut-être démodé avec ce sujet lol!)  et que quand les énergies dites positives sont bien installés en moi c’est le moment d’imprimer, ancrer, forger, répéter cette leçon afin de créer l’abondance d’énergie et au lieu que les expériences soient tantôt douloureuse tantôt heureuse, elles deviendront harmonieuses!

Je vous invite donc à vous aimer à vous stopper de vous juger et vous prendre dans vos bras et vous aimer FOOOOORT!!!!

Gros bizoo D’Amoureux!!! AHAHAAH

Moi bébé

4 Comments

  1. C’est vrai que ce n’est pas évident ! Mais tu vas y arriver !

  2. une super démarche! tip top! Mais j’avoue il faut quand même être prêt à le recevoir cet enfant. Je pense qu’il peut faire peur et qu’on a pas tous la force de l’écouter… Continue comme ça c’est super!

Répondre à goutte de soleil Annuler la réponse.

Your email address will not be published.

*

© 2018 Christian Wirth

Theme by Anders NorenUp ↑