Christian Wirth

Esprit de création et de Partage

Category: Billets de Blog (page 1 of 4)

J’ai le plaisir de recevoir de beaux contrats et très inspirant aussi. 

Josée Durocher, auteure de deux livres introspectifs. Celui-ci c’est : sacrés!

Un livre d’une grande profondeur. J’ai d’ailleurs eu l’honneur d’y être interviewé au côté de grands noms Québécois comme Patrice Coquereau, Marcia Pilote, Michelle Blanc… Mais plus que d’avoir une place pour parler du sujet du sacrés, c’est plus la richesse d’expériences et de réflexions qui est intéressant dans ce livre.

Je vous invite vivement à livre car l’originalité de l’écriture et la qualité du propos sont au rendez-vous.

Je vous présente la Wideo Portrait tourné avec mon associé Virginie et réaliser par mes soins.
Sacrés! De Josée Durocher

Karim Dabo et les Francofolies

Qui vit à Montréal sait qu’en ce moment c’est les Francofolies. Les festivals ont d’hors et déjà commencé et cela va durer tout l’été. J’adore ça! La ville de Montréal et les Montréalais sont très étonnant, festif, joyeux et sages. Oui, oui! Vous avez bien lu, les Montréalais sont sages. Pas de débordement quelconques, de gens ivres morts sur les trottoires ou d’extravertions spontanées de danses en tout genre. Autant agréable qu’étrange pour moi le Nîmois au passé louche des soirées de féria dansantes et même alcoolisées.

Je ne me vanterai pas de l’aspect alcool dans ce billet de blog. Même si je ne regrette rien de ce passé douteux, le titre en dit long. Je viens vous raconter le concert, que dis-je les concerts de Karim Dabo.

Tout d’abord je vous remets dans le contexte de cette rencontre improbable et riche. 

A la job où je suis, il y a quelques années à peine, je rencontre Coline qui par la suite deviendra une amie très proche. Dans nos moments d’échanges, à cette époque, elle me fait plus ou moins savoir qu’elle chante. Humble et timide, elle en parlait si peu que je n’en soulevais pas le voile. Sauf qu’un beau jour elle posta « Sama Yone », fraichement enregistré, sur Facebook.

Juste incroyable! En écoutant sa musique je me suis senti connecté. Je me suis senti avec le monde. Un road trip. De la nourriture pour l’âme…

Bref je découvre une musicalité touchante et un dialecte, le wolof, à la sonorité particulièrement entrainante.

Devenu grand fan de mes amis je suis donc allé les soutenir à leurs deux concerts aux Francos. Piiiou!!!! J’ai beau connaitre les tunes la chair de poule de m’a pas décroché des bras ci-ce n’est pas pour traverser mon corps. Je n’écris pas ça pour rendre l’histoire intéressante, j’étais moi même très impressionné. Le concerts étaient magnifique. Au premier il y avait beaucoup de familles avec leurs enfants. Les enfants étaient évidemment très stimulés par l’ambiance et la musique. Je peux que les comprendre, comme à chaque fois que j’entends Karim dans mon Ipod je ne peux m’empêcher de fredonner et « dansouiller » sur ses musiques. Par contre le deuxième concert était tout simplement impressionnant. Moi qui suis habitué à la sagesse des Québécois très attentif des artistes sur scènes (étonnant mais touchant) là je découvre une foule en délire.

Je vous accorde, je n’ai pas compris ce qu’il s’est passé à par la joie, la bonne humeur et la danse présente partout. Karim est le premier artiste que je vois faire bouger tout un public francofolien.

Au début le public était fidèle à lui même, écoutant et découvrant Karim avec le sourire aux lèvres. Un monsieur agé à l’avant dansait très enthousiasmé par la musique (un fan de Karim visiblement). Quelques-uns de mes amis et moi-même dansions à coeur joie aussi. Pis au fur à mesure de plus en plus de gens autour de nous se sont mis à danser. Au moment au nous avons pris conscience de l’effervescence montante dans le public, le monsieur est venu nous chercher afin de danser au devant de la scène. C’est à ce moment là que la foule est partie dans une sorte, de ce que j’appellerai transe. karim avait fait monter le taux vibratoires des gens si haut que les énergies des uns et des autres à fait littéralement exploser la joie.

Quel magicien ce Karim!

Je me sens vraiment très heureux de cette soirée magique et de compter Coline et Karim dans ma vie.

Merci beaucoup à vous deux.

Je vous laisse retrouver Karim dans une entrevue Wicrian Web Tv

Ainsi que sur son site www.karim-dabo.com

Et surtout achetez son album par ici > http://karimdabo.bandcamp.com/album/sama-yone

Fier de ma team – Tribu Wicrian

Pour ceux qui suivent attentivement Wicrian Web Tv depuis plus de 3 ans, ils ont pu découvrir une évolution constante et pour ma part inattendue.

V’la trois ans, je n’avais aucune idée de ce que serait le futur de Wicrian Web Tv. D’ailleurs aujourd’hui non plus je ne le sais toujours pas. Je connais que son présent. 

Son moment présent est fait d’interviews, de rencontres, de valorisation, d’espoir de vies meilleures, d’ouverture d’esprit et de champs d’infinies possibles. Avez-vous ressentis cela aussi? Avec les rencontres réalisées dans le cadre de la Web Tv, j’ai été invité à vivre la vie et nos projets de cette façon. 

Cette aventure je la partage avec une vaste tribu. Tout d’abord les internautes en constante curiosité de nos vidéos. Nous sommes rendus à environ 200 vidéos, il y a de quoi se faire plaisir. Ensuite il y a la tribu d’Agents reporter, c’est la gang avec qui je vis ces aventures presqu’au quotidien. Je les vois grandir et nourir Wicrian Web Tv avec une générosité sans nom.

Je fais en sorte qu’ils puissent vivre l’autonomie nécessaire à l’exploration de leur créativité. C’est pas toujours évident, les Agents se trouvent aux quatres coins du monde. Pourtant j’aime pouvoir me dévouer à eux autant que je me sens capable. 

Lucile, qui fait partie des administrateurs, est une des personnes m’ayant le plus impressionné au travers de ces années Wicrian. J’ai toujours été admiratif de Lucile. Notre rencontre virtuelle était sous le signe de l’admiration respective mais nous sommes devenus très vite amis. Je dois dire que nous avons encore jamais eu l’occasion de se voir en vrai mais visiblement cela n’empêche rien. Pour revenir sur l’évolution de Lucile en tant qu’Agent, je peux vous dire que c’est une femme de coeur, qui ne lésigne pas à oeuvrer pour un monde meilleur dans lequel chacun à sa place. 

Sa créativité n’a pas de limite. Elle aura appris à maîtriser les outils que nous utilisons pour en faire des baguettes magiques. Elle aura apprivoisé les outils vidéos et de montage pour pouvoir s’exprimer librement et avec sa propre créativité. Cette femme est magique et inspirante.  

Enzo, l’autre gars de la bande, est un sacré partenaire. Son intuition est tel un radar. J’ai eu le plaisir et la chance de vivre quelques aventures vidéos avec lui qui restent gravées en moi. Il le sait peut-être pas mais ces moments où nous avons du être inventifs, trouver des solutions, travailler ensemble sur le montage vidéo, m’ont fait tripper parce qu’ensemble on apporte des résultats concrets et inattendus.

Depuis que je le connais, je ne l’ai jamais vu douter de Wicrian Web Tv et de sa mission au point qu’aujourd’hui il oeuvre sur le nouveau coeur de Wicrian, rien de moins. C’est un travail énorme je vous assure, refaire un site au complet c’est quelque chose.

Effie idem, un leadership sans pareil. Elle n’hésite pas à mettre la main à la pâte. Ni une, ni deux elle acceuille les projets avec beaucoup d’engouement et s’investit au nom de la tribu afin de faciliter l’expérience de chacun. 

Elle a créé des outils pour les membres de la tribu qui leur permet d’améliorer leur experience vidéo s’ils le souhaitent.

Nathalie, une amie qui est présente tout le temps dans mon coeur. Nous nous sommes connus bien avant les aventures Wicrian à l’université de psychologie à Nîmes. Depuis nous avons vécu de folles aventures, émissions culinaires, interviews et bientôt un projet d’enquête sur l’Islande. Elle est un atout à la web tv car elle offre sa vision et lui permet d’évoluer dans les moments de transformations et en préserve l’identité et la mission au quotidien.

Il y a Nelly et Vanessa à qui je consacrerait un billet artistique sur elles. Il y a les nouveaux aussi. Présents depuis quelques mois qui sont encore en formation. Je vous les présenterai prochainement.

D’autres personnes constituent la Tribu, nos collaborateurs, qui eux viennent nous aider ponctuellement à réaliser nos projets en tout genre. Ils nous permettent de répondre à des projets précis de type documentaire ou série d’interviews. Puis nos partenaires avec qui la visibilité et les projets se font plus grand.

Voilà un peu les couleurs de Wicrian. Voilà pourquoi je suis fier de cette tribu. 

Merci à tous du fond du coeur,

Chris.

Le Monde de Demain

Cela faisait un moment que j’attendais de voir le film de Disney, le monde de demain.

Je savais pas à quoi m’attendre mais j’amais bien l’idée de voir une proposition d’une ville fururiste et d’effets speciaux en tout genre.

Je vous garanti que j’ai été extrement surpris. Au point que j’ai même la déseagreable sensation de méfiance car c’est Disney. Bref!! J’ai trouvé ce film génial, j’ai adoré qu’il fasse référence à l’histoire amérindienne des deux loups. Vous la connaissaez peut-être. Je l’avais découvert sur facebook. En gros c’est l’histoire de la bataille entre deux loups, celui de la peur et celui de l’espoir. Lequel des deux gagnent? Je vous laisse découvrir la réponse dans le film si vous la connaissais pas. Cette histoire m’avait beaucoup parlé puisqu’elle va dans le sens de mes valeurs tel que je les ressens.

Je vous en dirais pas trop sur le film afin que vous puissiez être aussi surpris que moi, si possible. Cependant je peux vous dire que l’on ne s’ennuie pas. Humour, action et suspens sont au rendez-vous. Ils nous mènent suffisemment en bateau pour jamais vraiment savoir comment cela va se finir.

Les rêveurs je vous le conseille donc vivement! 😉 

J’ai 30 ans en 2015

Aujourd’hui je définis mon look « j’ai 30 ans en 2015″…

Bon loin de moi l’idée définir mon look d’un titre d’aussi étrange mais c’est bel et bien l’impression général que j’en aie. Pour ceux qui me connaissent depuis longtemps, ils savent que des looks j’en ai eu et j’en ai usé. 

Je reconnais que l’apparence, plus que d’être superficielle à un impact sur soi et  sur les autres. Mon truc c’est d’en avoir conscience. Est-ce que j’ai conscience de l’image que je dégage? Est-elle en accord avec moi? Evidemment il n’y pas à faire une analyse de 150h. Rester bloqué dans son cerveau n’apporterait pas grand chose. Cependant à savoir que quand je porte un jogging j’aurai potentiellement toutes les représentations associés au jogging qui « me suivront ».

Anyway! Là n’est pas vraiment le sujet du jour. Et comme dirait José Garcia dans « ibiza »: « on avait qu’aujourd’hui on parlerait que de moi! »

Plus sérieusement… Il fait chaud à Montréal et le soleil surplomb la ville. Je sors donc la chemise blance toute neuve de circonstance et offerte par Moumoune. Short en jeans et ma paire de chaussures bicolores. Et oui élégant et amusant.

Je me sens comme ça aujourd’hui et j’avais le gout de renforcer mon sentiment. Être fidèle à moi-même me permet d’être dans des énergies hautes.

Ce qui m’a fait beaucoup rire, c’est la chemise qui a généré beaucoup de commentaires positifs! Les Femmes sont tombés sous le charme et les hommes d’une élégance certaine. Wow! J’aurai dû y penser! En effet Christian au look t-shirt jeans décontracté se transforme avec une chemise bien taillée.

Tant mieux j’ai 30 ans en 2015 et j’aime ça. J’avais le goût de magasiner des chemises, ça renforce évidemment ce souhait. Ahahahah! C’est très amusant. En attendant je retourne à mes t-shirts préférés et vous souhaite de vous amusez en vous habillant!! 😉

Alors quand est-il de l’histoire de la BD?

Suite a un bug technique et volontée « divine » je décide donc de continuer mon article comme une deuxième partie.

Alors quand est-il de l’histoire même de la web BD?

Je vous plante le décors. Dans notre monde moderne l’élite a contaminé la population par un virus. Celui-ci, indétectable, s’active par les émissions télévisuels, sonores, électriques de masse et certains types de nourritures asservissant les gens. Personne ne se doute de rien.

Quelques personnes sont plus résistant au virus par désensibilisation ou naturellement. Cependant conscients ces personnes sont souvent marginalisées.

Une agence secrète recrute les non-contaminés pour protéger et influencer le changement du monde que l’élite tient tant à contrôler. La cellule Wicrian va devoir s’agrandir afin de mener sa quête a bien…

Si vous souhaitez nous soutenir ou partager le lien voici le sociofinancement qui mous permet de réaliser ce beau projet.

www.haricot.ca/projet/wicrian-web-bd

À savoir à chaque 100$ nous pouvons réaliser une planche et un épisode/ un chapitre c’est environ 15 planches.

À très bientôt les amis!

2015/01/img_1254.jpg

Projet Wicrian Web Bd

Allo les amis qui suivent wicrianmind.com

Je sais pas si vous savez mais depuis quelques semaines avec les membres de la Tribu des Agents nous avons décidé, pour les 3 ans de Wicrian Web Tv au mois de mars, de changer de type de cadeau.

L’équipe étant installée partout dans le monde pour de divers aventures nous avons compris que réaliser un « live » serait cette année trop complexe. Pis nous avions envie d’aller plus loin dans l’aventure et souligner plus fort encore nos valeurs du changement.

Et donc nous réalisons une Bande dessinée. Celle aussi aura deux particularités: mêler vidéos et dessins, mettre en scène les Agents (ceux qui ont souhaitaient participer à cette aventure).

Dans cette bande dessinée il y aura même des guests qui ont accepté d’avoir un rôle dans cette histoire imaginaire. D’ailleurs quand est-il de cette histoire?

Autour de l’arbre de vie

Autour de l’arbre de vie est un documentaire sur lequel je travaille depuis septembre 2014.

Dolorès Contré-Migwans m’a demandé de filmer ses rencontres sur le thème du récit autochtone « l’arbre de vie »

Ce récit raconte l’histoire de l’Histoire. À travers celui-ci Dolorès va permettre aux immigrants et réfugiés de s’intégrer et découvrir la culture autochtone par le biais de la créativité…

Ce documentaire se verra diffusé courant début 2015.

Kije Migwetch à tous!

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/621/40065033/files/2014/12/img_1232.jpg

Le déclic du bonheur, existe t’il? Et faut-il l’attendre?

Je vais tenter d’écrire sur ce vaste sujet. Tout d’abord je tiens à rappeler que l’expérience personnelle vaut toutes les paroles aussi belles et convaincantes soient elles.

Inspiration et déclic deux mots qui ces derniers jours m’accompagnent. Alors je dirais pas que je les vis particulièrement en ce moment, même si à moindre mesure c’est présent, mais certains m’en parlent souvent voir me questionnent la dessus.

L’inspiration, nourriture de l’âme, qui vient donner de l’énergie afin d’accomplir ce que des fois nous considérons impossible. L’inspiration me permet d’avancer, de créer, de m’amuser avec la vie!

Cela alimente mon bonheur, je dirais même mon épanouissement. Je suis heureux de pouvoir me dire aujourd’hui que je suis un homme heureux. J’aime accueillir ma tristesse passagère tout en sachant qu’on fond de moi je suis heureux, vivant les expériences de vie qui me grandissent à chaque jour.

C’est une énergie, un sentiment que j’ai appris à cultiver à travers la sophrologie, la méditation, la respiration et bien d’autres outils. Ce fruit issus de mon jardin intérieur, a su m’offrir en retour une abondance colorée de nourriture pour l’âme.

Après avoir laissé mon jardin à l’abandon se transformer en jungle de peurs, de croyances limitantes, de mal-être et d’irrespect de moi même pendant des années, j’ai fini par devenir un cultivateur « chevronné ».

Le déclic, aaaaah le fameux déclic. Nous nous posions la question avec certains amis sur la façon dont il se produit. Pour la plupart d’entre nous, nous avons du passer par des chemins tortueux et douloureux pour vivre notre déclic. Ce chemin je l’ai emprunté et nourris pendant des années jusqu’au jour où j’ai atteints ma limite et une assez grande claque dans la figure pour réveiller. J’ai pris conscience que mon histoire et mes souffrances m’appartenaient et qu’il était temps d’arrêter de le reprocher aux autres pour bel et bien prendre ses responsabilités face à ça.

Bien plus efficace!! En effet de ce jour là j’ai enfin enclenché un processus constructif et libérateur. Même s’il m’a fallu apprendre de nouvelles habitudes illimitantes, de nouvelles façon de penser et d’intéragir avec moi-même et que cela n’était pas simple, cela a été clairement et simplement salutaire. J’ai enfin pu goûter au « vrai » bonheur ou je dirais au bonheur sain et nourrissant.

Est-ce qu’il faut forcement vivre des souffrances ou avoir cette claque pour vivre le déclic? Plusieurs d’entre nous pensons que non. Tout dépend comment et avec quels « outils » nous avons grandi. Tout dépend quel parent nous sommes pour nous même. Après vivre ce déclic de façon « violente » est aussi une source de leitmotiv pour ne plus jamais vivre ça. Mais finalement avec du recul et une observation de constat les évènements ne sont pas temps négatives ou positives. Elles sont automatiquement formatrice d’une leçon si nous en saisissont l’opportunité d’apprendre et de retirer l’expérience de la situation. Avec un peu d’entraînement ça se fait très bien. Sinon nous revivons le schème pendant des années, vous savez cette impression de revivre ce même scénario « Ad vitam æternam » malgré qu’il est du changement extérieur (nouvelles personnes, nouveau travail, nouvelle vie, etc.). Ce sentiment d’être maudit et poursuivis par la poisse de jamais s’en sortir.

Ben oui le changement c’est à l’intérieur de nous pour pas dire TOUJOURS à l’intérieur de nous. En reconnaissant le processus qui est en nous pour vivre sereinement, il est important d’établir le dialogue avec soi. Aimer vivre ou ne pas vivre une situation, vouloir s’en sortir et tout à fait honorable et juste. Nous sommes fait d’évolution et de changement alors autant en profiter. Il me semble juste et important cependant de reconnaître ce qu’il se passe à l’intérieur de nous. Sentiments, émotions, sensations et ne pas les bloquer avec des jugements de c’est bien ou pas bien. Par la suite, le dialogue, le recul et le déclic en seront largement facilité.

C’est comme ça que je le ressens et le vis.

Merci de m’avoir lu. voici une interview de Jérémy Gonzalez pour la Télé de Lilou qui racontent partie de mon histoire du drame au bien-être…

Initiation Amérindienne du bâton de parole

1 mois après cette initiation je suis encore tellement excité que je ne sais pas par où et par quoi commencer pour écrire mon article…

J’ai eu l’opportunité de vivre une expérience qui m’a apporté bien plus que je pouvais l’imaginer (bon je suis pas étonné… j’ai comme pris l’habitude de vivre ça). D’ailleurs cette expérience fera le sujet d’une prochaine série de vidéos et j’ai vraiment hâte de partager ça.

Mais avant les vidéos je vais tout de même vous parler de ce que j’ai vécu. Le bâton de parole est pour ainsi dire un outil de communication aidant à la résolution de conflits, régulateur de paroles, respect de l’écoute, créateur de consensus… Utilisé par les Amérindiens (je crois même dans d’autres culture, sauf erreur de ma part)

Il est aussi l’une des nombreuses sources d’inspirations du jeu de tao que j’anime pour des groupes public et privé souhaitant atteindre leurs rêves et créer une nouvelle synergie au sein de leur groupe par exemple.

J’ai tout de suite était interpellé par l’invitation de Dolorès Contré Migwans, réveillant mon besoin de vivre ce types d’aventures au Québec, quand j’ai reçu son courriel.
Agenda réorganisé, matériels de tournage prêt et mon sac à dos aussi avec le minimum vital pour un week end. Je pars gaiement recevoir cette connaissance ancestrale et être au plus près de la nature.

Je retrouve mon lift, dont je tairais le nom dans cette article (mais que vous verrez bientôt en interview). Deux belles personnes ouvertes à la vie et le coeur remplis d’amour à mon sens. Leurs histoires sont à la fois tragiques et fascinantes. Ils ont le sourire aux lèvres et l’exploration comme moteur.

Bref je suis confirmé dans mon « go with the flow » peu importe ce qu’il se passe, c’est là où je dois être. Peu importe ce qu’il se passe, c’est là où j’ai envie d’être.

Nous arrivons en bordure de forêt, proche d’un lac. C’est grand, c’est vert, c’est ensoleillé une grande tente est installée face à trois petits chalets. je capote!!

Une fois tout le monde arrivé, l’apprentissage commence.

Dolorès chargée de cours à l’université de Montréal est dans son élément. Structurée et imagée, son initiation aborde beaucoup d’aspect pour transmettre son savoir, ses connaissances et expériences. Nous découvrons donc à quoi et comment servait le bâton de parole. Je découvre aussi à travers cela comment les amérindiens s’introduisait les uns, les autres. Une présentation claire et instructive qui offre à l’autre la possibilité d’entrevoir la globalité de qui est la personne qui se présente, d’où elle vient et quelle est sa culture et quelles sont ses origines (familiale, tribale, etc…). Pour moi c’est une très belle manière de s’ajuster tout de suite à son interlocuteur car il nous offre une sorte de vision globale de lui même.

Matinée « théorique », partage expérientiel et historique, après midi créatif. Yeaaaaaaaaaah!!!!

Oui un après midi absolument génial. Nous créons notre propre bâton de parole. Symbolique de matières, couleurs… Ce moment de créativité est un vrai moment d’introspection dans la joie et le plaisir. Nous jasons (pendant que moi je filme), nous cousons, colons, nous nous entraidons même les uns les autres à faire notre bâton. Il sera agrémenté par des éléments de purification amérindienne dont je ne vous dévoile pas le secret pour le moment.

Après ce beau moment nous finissons la journée tranquillement en partageant notre expérience et notre symbolique personnelle de la création du bâton de parole.

Nous finirons la journée autour du feu à entendre des contes autochtone, chanter et danser autour d’un feu de bois qui en tiendra certains éveillés jusque tard dans la nuit.

C’est au levé du soleil, au son du tambour tewegan que nous sommes réunis pour une séance de salue au soleil, de purification et de consécration de notre bâton de parole.

C’est à ce moment là que nous insufflons l’énergie et l’intention de l’utilité de cet outil.

Dernier apprentissage et pas des moindres: utilisation théorique et pratique du bâton de parole.

Sans rentrer dans les détails, nous avons pu découvrir un véritable outil, une véritable pratique à l’écoute active, à la communication dans le positionnement « je ressens… » « Je comprends… » « Je vis… »

Créateur de consensus parce qu’il offre à chacun l’opportunité de s’exprimer, de résoudre des conflits, animer une discussion sans devenir un débat …

Bref voilà comment un bâton pour lequel on ne prêterait pas forcement d’intérêt aujourd’hui peut apporter un tel focus, une telle force de ressembler.

Je remercie tous les autres participants avec qui j’ai eu du plaisir et Dolorès Contré Migwans pour m’avoir offert l’opportunité de vivre cette expérience et de nous avoir ouvert à la culture autochtone et au savoir ancestrale moi qui suis non autochtone.

Kije Migwetch

Older posts

© 2017 Christian Wirth

Theme by Anders NorenUp ↑